Investir dans l'immobilier au Canada

Investir dans l'immobilier au Canada

D'après la société canadienne d'hypothèque, le centre-ville de Montréal et L'Île-des-Sœurs représentent les villes du Canada les plus prisées par les investisseurs étrangers. Néanmoins, est-ce une bonne idée d'investir dans ces contrées ?

Les avantages

Le Canada profite d'une convention fiscale, ce qui constitue l'un des principaux atouts du pays. En effet, cet engagement évite la double imposition pour les investisseurs étrangers. Outre ce protocole, l'acquéreur a la possibilité de financer son investissement par un emprunt au Canada. D'ailleurs, le taux d'intérêt du prêt séduit les investisseurs malgré une légère hausse par rapport aux taux de crédit en France. Par ailleurs, la faiblesse du taux de change des dollars canadiens lors de la conversion en euro garantit un prix d'acquisition raisonnable.

Autre atout : les investisseurs étrangers jouissent de l'avantage fiscal. Généralement, l'impôt est estimé à 22 % des loyers nette, déduction faite des charges et des amortissements. De plus, les acquéreurs français sont exonérés des prélèvements sociaux (taxe déduite des rémunérations pour les contributions de solidarité) sur les rendements à l'étranger. Par conséquent, la rentabilité d'un investissement immobilier est doublée au Canada comparé à la France.

Le marché canadien

Le marché de l'immobilier diffère selon les localisations. En effet, les villes de Toronto et de Vancouver ainsi que de Hamilton et de Victoria ont connu une hausse des prix de revente de 2,6 %. Concernant la ville de Montréal, la vente des propriétés de luxe connaît une nette augmentation en 2015. Du reste, les Chinois, les Français et les Américains constituent les principaux acteurs de l'investissement immobilier. D'ailleurs, ces investisseurs prisent particulièrement la ville de Montréal.

Par ailleurs, les pertes d'emplois constituent le principal facteur de la baisse de prix. En effet, le taux d'emploi influe sur la demande immobilière. Par conséquent, en 2016, les observateurs prévoient une infime augmentation de 3 % des prix des maisons. Néanmoins, l'accroissement de l'immigration joue un rôle significatif dans la demande de logement. Aussi, l'économie du marché québécoise semble plutôt stable, ce qui impacte sur le marché immobilier. Par conséquent, les prix s'accroissent et les demandes se multiplient.

Les villes à risques

Depuis un certain temps, le marché immobilier de certaines villes connaît quelques difficultés. C'est d'ailleurs le cas d'Halifax où l'évolution des prix durant l'année dernière a régressé : -4,67 %. Cependant, cette difficulté a été compensée par la hausse des ventes de maison de plus de 19 %. Calgary constitue également une ville à risque pour les investisseurs étrangers, car la croissance et la vente de maison ont respectivement chuté de -0,2 % et -12,03 %.

Afin de repérer les emplacements favorables, il convient de solliciter les interventions des experts. En effet, les cabinets de conseils internationaux sont disponibles pour un encadrement complet. Les services des conseillers personnels en immobilier semblent tout aussi indispensables. Effectivement, les experts tels que Frédéric Hottinger accompagnent ses clients tout au long des procédures. Aussi, Frédéric Hottinger met aux profits des investisseurs son expérience afin de maximiser leur profit.